Je trouve que de nombreuses start-up françaises qui s’inspirent des Etats-Unis trouvent souvent leur voie définitive. C’est le cas de la jeune start-up française Luko qui a puisé quelques idées au sein d’une entreprise américaine.

Une assurance habitation qui conjugue digitalisation et prédiction

A l’origine, la start-up Luko est née de l’association entre Raphaël Vullierme et Benoît Bourdel. Le premier a fait ses armes dans la FoodTech et le transport aérien à la demande.

L’autre a œuvré dans l’apprentissage automatique profond et les réseaux électriques intelligents. Fondée 18 mois plus tôt, la start-up a réuni 2 millions d’euros après une levée de fonds.

Les business angels ont répondu présent, à l’instar de Xavier Niel de Free et Bruno Rousset d’April Assurances. La start-up ambitionne de proposer une assurance habitation axée sur le deep learning.

Cette technique se base sur le recours à des algorithmes et des capteurs de collecte de données. Ces données incluent la température, la consommation électrique.

La protection des foyers concerne essentiellement les sinistres tels l’incendie, le vol, l’inondation, entre autres. Retrouvez l’essentiel des projets de Luko en consultant cet article.

L’essentiel sur Assurtech

Après une première collaboration avec Munich Re, un réassureur allemand, la start-up Luko de Paris qui siège à Station F, change de cap. Elle décide de créer son package avec un produit d’assurance dédié au grand public.

Elle prend pour modèle la start-up américaine à succès Lemonade pour apporter une solution plus globale. Luko travaille en partenariat avec la compagnie d’assurances La Parisienne qui prend en charge les risques.

Les offres de Luko sont moins coûteuses de 8 à 15%. En effet, les frais de structure sont moindres en raison de la digitalisation et de l’automatisation des offres et l’inexistence de commerciaux.

Luko envisage aussi de reverser à une association les cotisations non attribuées aux sinistres.

Le mode opératoire de Luko

L’assurtech propose un process en ligne sur application mobile pour la souscription, la déclaration des sinistres et la gestion des risques. L’offre se base sur 3 boîtiers connectés pour la protection.

L’intelligence artificielle permet à Luko la délivrance d’un contrat en 2 minutes. Le remboursement des sinistres se fait en moyenne en 2 heures.

La start-up passe également plusieurs accords avec des prestataires nationaux pour des interventions de réparation sous 48 heures.

La rapidité d’exécution comme fer de lance

Contrairement aux assureurs classiques, l’assurtech avec Luko mise sur la rapidité d’exécution. Les trois boîtiers en option à coller sur le compteur d’eau, le compteur d’électricité et la porte d’entrée des assurés accentuent les possibilités rapides d’indemnisation.

Cette technologie amoindrit les risques liés aux dégâts des eaux et les sinistres avec une détection instantanée. Luko souhaite étendre son offre d’assurtech en Allemagne et au Royaume-Uni.

Luko souhaite multiplier son chiffre d’affaires par 10 d’ici 2019. Pour en savoir davantage rendez-vous ici.

 

Crédit Photo : entrepreneurship-center.hec.edu & bfmbusiness.bfmtv.com

Diplomé de faculté de droit, je suis revenu à mes premiers amours, la communication et le marketing. Je m’efforce d’apporter un peu de clarté dans ce monde aux idées et concepts si vastes que même moi ça me file un sacré mal de crâne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *