Je trouve que la Société Générale sait profiter de la tendance écologique pour renforcer son offre dans le secteur de l’énergie. En rachetant la Fintech verte Lumo, la Société Générale mise sur l’Epargne participative.

Quelques détails sur la Start-up Lumo

Créée en 2012 à la Rochelle, Lumo est une start-up de Fintech qui œuvre dans le financement de projets d’énergies renouvelables. Il s’agit de projets solaires, éoliens, hydrauliques ou de biomasse.

Cette jeune pousse table sur l’épargne participative pour le financement des projets. Lumo propose, sous forme d’obligations ou de mini-bons, des projets énergétiques via un placement d’épargne pour les particuliers.

Ces obligations sont disponibles à partir de 25 euros. Lumo fait partie actuellement des incubers au sein de Darwin dans la ville de Bordeaux.

Pour en savoir plus sur Lumo, adressez-vous ici.

Le SolarCoin de Lumo et ses composantes

Par ailleurs, Lumo fait appel à SolarCoin. Il s’ait d’un certificat généré à partir de l’injection d’un mégawattheure dans le réseau.

Ce mégawattheure provient de l’énergie photovoltaïque. Le lumonaute possède à la fois un compte en euros et un compte en SolarCoin.

Le SolarCoin s’échange à presque 20 centimes d’euros et il est admis comme mode de paiement par Ekwateur. Lumo espère que cette cryptomonnaie sera validée par les collectivités territoriales.

Une finance verte optimisée avec la blockchain

La blockchain via Lumo s’adresse aussi à la Caisse de dépôts pour l’échange de titres. Lumo espère l’émission de titres financiers inscrits dans la blockchain.

Cela permet d’assurer un réel SAV des titres financiers pour une gestion simplifiée et une réduction des coûts de distribution, ainsi qu’une meilleure dynamique du marché secondaire.

Hormis les essais effectués sur les mini-bons, Lumo espère que ce concept concernera bientôt les obligations.

Les enjeux de la Société Générale avec le rachat de Lumo

L’annonce du rachat de la start-up Lumo par la Banque de la Défense le 21 juin 2018 fait partie d’une stratégie. La Banque souhaite fournir à une partie de sa clientèle une solution pertinente et intégrable à l’offre de conseil et d’arrangement.

Il s’agit d’un besoin novateur qui permet à la clientèle de renseigner la case crowdfunding. Cela leur assure des possibilités au niveau des appels d’offres de l’Etat pour procurer plus de chance aux projets à destination des populations des territoires cibles.

Les clients de l’énergie verte peuvent faire appel au financement participatif par le développement des projets. L’institution financière désire lever un fonds de 15 milliards d’euros dans la catégorie de conseil et de financement en matière d’énergies renouvelables.

Découvrez plus de détails en consultant cet article.

 

Crédit Photo : compteepargneco2.com & youtube.com

Diplomé de faculté de droit, je suis revenu à mes premiers amours, la communication et le marketing. Je m’efforce d’apporter un peu de clarté dans ce monde aux idées et concepts si vastes que même moi ça me file un sacré mal de crâne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *