Je vous présente Wiliot, une jeune pousse israélienne qui a su retenir l’attention des géants du secteur de la haute technologie. Récemment, Wiliot a levé 30 millions de dollars.

 

Le tour de table gagnant de Wiliot

La start-up Wiliot conçoit des capteurs sans fil dotés d’une autonomie en énergie. Un tour de table de 30 millions de dollars a fait l’objet d’une annonce au cours du NRF 2019.

En effet, le NRF 2019 est un salon consacré à la distribution et au commerce et il est situé à New York. Les investisseurs de la solution de Wiliot incluent Amazone Web Services au niveau du cloud d’infrastructure, Samsung Electronics pour les semi-conducteurs et Qualcomm pour les puces mobiles.

Pour plus de détails sur le sujet, consultez ce lien.

A propos de Wiliot

Fondé en janvier 2017, la start-up est établie à San Diego en Californie et l’unité recherche et développement est sis à Caesarea en territoire israélien. Wiliot a initié une étiquette électronique qui fonctionne comme un capteur sans fil de type Bluetooth.

Pour un concept pas plus grand qu’un timbre poste, le procédé inclut une antenne imprimée soit sur du papier ou du plastique.

En outre, il contient une puce qui fait appel au processeur ARM destiné aux mobiles. Ce dispositif permet l’authentification d’un produit.

Il est accolé au produit et autorise la transmission du numéro de série, du poids et de la température. Cette transmission est adressée à tout type d’équipement incluant une fonction Bluetooth, à l’instar d’un Smartphone.

Le but du dispositif Wiliot

L’étiquette conçue par la jeune pousse permet de se passer de la pile classique. En effet, ce nouveau procédé s’appuie sur l’énergie collectée au niveau des ondes radiofréquences ambiantes, pour son fonctionnement.

Pour sa part, la start-up israélienne œuvre pour une consommation réduite en énergie ambiante. La start-up ambitionne de fournir quelques échantillons pour 2019 et projette le lancement en masse d’ici 2020.

Les enjeux de la pépite israélienne

Les étiquettes ont une durée de vie sans limite et autorisent des interactions avec les consommateurs. Leur domaine d’application vise l’internet des objets ou IoT.

Cela concerne les usines pour le suivi en temps réel de la fabrication, le secteur de la distribution, la maison, les lavages de vêtements et la protection des objets onéreux. Amazone Services web veut l’appliquer pour l’amélioration de sa plateforme cloud.

Samsung Electronics souhaite l’inclure à ses circuits intégrés. Qualcomm désire déployer la solution Wiliot aux mobiles et aux objets connectés.
Pour obtenir plus de renseignements, consultez ceci.

 

Crédit Photo : flipboard.com & usine-digitale.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *