Dernièrement, AgreenCulture a présenté son cobot autonome pour une agriculture plus propre. La présentation a eu lieu au cours du CES de Las Vegas.

Un dispositif inspiré du véhicule autonome

En fait, le concept repose sur un souci de respect de l’environnement et une préservation de la santé avec le manger sain. De plus, le produit doit être accessible pour les consommateurs, à l’instar des concepteurs du véhicule autonome.

Dans tous les cas de figure, AgreenCulture s’inspire de cette technologie adapté au domaine agricole. Pour plus d’infos, consultez cet article.

Le mode de fonctionnement d’AgreenCulture

La start-up prend en charge la conception et la fabrication des cobots pour une motorisation hybride diesel et électrique. De plus, le cobot table sur un système de guidage et un positionnement autonome.

Au cours d’un test avec la marque alsacienne Kuhn, la jeune pousse a constaté que trois prototypes ont réussi à effectuer la majorité des opérations de culture de maïs, hormis la moisson. Ce test a permis de relever la diminution de 70 % de quantité de produits phytosanitaires et de l’ordre de 50 % au niveau des engrais.

AgreenCulture a conçu un robot pour chaque type de culture. Les engins utilisés comptent 3 000 heures au compteur, pour l’instant.

Les autres initiatives d’AgreenCulture

L’année précédente, la start-up a œuvré avec le 3DEXPERIENCE Lab de Dassault Systèmes. Le dessin des robots est effectué en direct sur cette plateforme.

Cela porte sur l’ajustement des programmes en temps réel. Par ailleurs, les outils de l’éditeur français de logiciel ont autorisé la réduction de coûts en R & D ainsi que le délai de commercialisation.

Récemment, AgreenCulture a lancé un robot dédié à l’entretien des vignes. La start-up compte 28 collaborateurs. L’agro-écologie est le fer de lance de l’organisation.

Elle s’attèle à vaincre la réticence des agents du secteur agricole qui ne sont pas toujours ouverts à la nouvelle technologie. En fait, les cobots sont davantage des aides et ne constituent pas des facteurs de suppression d’emploi, d’après les initiateurs.

Les efforts précédents d’AgreenCulture

Le précédent projet Centéol concerne la robotique agricole autonome. Cela porte sur une parcelle de 50 hectares de maïs en autonomie durant une saison.

Ce travail du sol a procuré des résultats satisfaisants. Les partenaires de la Start-up incluent Kuhn, Pioneer, Ausy et CompoExpert.

L’analyse du sol concerne la modulation de la densité de semis ainsi que la fertilisation localisée via 3 robots. Un autre robot s’occupe de la fertilisation post-levée. Les 3 phases de désherbage reviennent à 2 autres machines autonomes.

Plus d’actus sont accessibles ici.

Crédit Photo : agreenculture.net & tup31.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *