Spécialisée en fabrication médicale additive, la jeune pousse Bone 3D oeuvre dans le développement de simulateurs interventionnels. Je vous dévoile plus de détails sur cette collaboration avec le groupement Paris Saint-Joseph.

Les domaines d’intervention

Le groupement hospitalier Paris Saint-Joseph rassemble l’hôpital Marie-Lannelongue et l’hôpital Paris Saint-Joseph. Les simulateurs en question portent sur des modèles anatomiques.

Cela implique la chirurgie vasculaire pour le traitement des maladies artérielles, des veines et des vaisseaux du thorax, des bras et des jambes. Il faut ajouter la prise en charge des pathologies vasculaires pulmonaires.

L’objectif de la collaboration

L’accord vise la mise en commun des expertises en termes de haute fidélité des modèles 3D. Ainsi, il faut intégrer l’anatomie, les caractéristiques et les biomécaniques.

Par ailleurs, la mise en œuvre des simulateurs permet de proposer un choix différent par rapport à l’expérimentation animale. C’est aussi le cas des formations chirurgicales et les dispositifs médicaux.

Le test a déjà eu  lieu avec la toute nouvelle gamme de simulateurs en chirurgie vasculaire. La formation de huit chirurgiens porte sur la prise en charge de thromboses périphériques.

Il faut citer l’oblitération. Cela peut concerner la formation d’un caillot.

Les éléments cibles sont le vaisseau sanguin, l’artère, la veine voire la cavité cardiaque.

La mission de Bone 3D

Créée en 2018, la start-up Bone 3D est initiée en 2018 sous la houlette de Jeremy Adam. L’expertise implique le marché des dispositifs médicaux imprimés.

Parmi les réalisations figure la gouttière de repositionnement des opérations de mâchoire. Plusieurs partenariats sont noués avec des établissements médicaux.

C’est le cas de l’Assistance Publique Hôpitaux de Paris à travers l’exploitation de prothèses nasales des enfants atteints de fente labio-palatine  ou bec de lièvre. Par ailleurs, Bone 3D veut généraliser la fabrication additive médicale.

Quant à l’Offre HospiFactory, elle cible l’accompagnement des hôpitaux. Cela porte sur l’accès aux imprimantes et aux experts à travers un abonnement.

L’apport de l’impression 3D

Bone 3D veut faciliter le lien entre l’ingénierie  et la médecine sur la base de l’impression 3D. Bone 3D se met au service du personnel médical et des patients.

Hormis les dispositifs médicaux sur mesure, il faut inclure les services de chirurgie. La matérialisation des projets des chirurgiens est la principale motivation de Bone 3D.

La concrétisation passe par les ressources, le temps et l’expertise.

Bone 3D est à l’écoute du personnel soignant. La réactivité caractérise la jeune pousse pour faire face aux contraintes du secteur médical.

 Retrouvez d’autres infos ici.

Crédit Photo : usine-digitale.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.